Décès de Fidel Castro

Note pour la presse : Compte-tenu des circonstances, en l’absence de visa de presse, les journalistes peuvent entrer à Cuba avec un visa de touriste mais ne doivent exercer leur activité journalistique qu’après avoir obtenu l’accréditation du Centre de la presse internationale : Calle 23 N°152, esq. O, Vedado, La Habana, où toute leur activité devra être déclarée.

Le père de la Révolution cubaine est mort à La Havane ce vendredi 25 novembre. Il était âgé de 90 ans. La nouvelle a été communiquée à la Télévision cubaine par son frère, Raul Castro, qui lui a succédé au pouvoir en 2006.

Les autorités cubaines ont décrété neuf jours de deuil national jusqu’au dimanche 4 décembre. Les autorités ont annoncé la tenue mardi, à 19h (heure locale), d’un hommage de masse organisé sur la place de la Révolution de la capitale cubaine. Les funérailles auront donc lieu le 4 décembre à Santiago de Cuba.

Les autorités françaises ont d’ores et déjà réagi à cette annonce :

DECLARATION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, FRANCOIS HOLLANDE

26 NOVEMBRE 2016.

« Fidel Castro était une figure du XXe siècle. Il avait incarné la révolution cubaine, dans les espoirs qu’elle avait suscités puis dans les désillusions qu’elle avait provoquées. Acteur de la guerre froide, il correspondait à une époque qui s’était achevée avec l’effondrement de l’Union Soviétique. Il avait su représenter pour les Cubains la fierté du rejet de la domination extérieure.
La France qui dénonçait les atteintes aux droits de l’homme avait toujours contesté l’embargo imposé par les Etats-Unis à Cuba. Elle s’était félicitée de son ouverture et du dialogue qui s’était rétabli entre les deux pays.
Je l’avais rencontré le 11 mai 2015 au cours de la première visite d’un Chef d’Etat français à Cuba depuis la révolution.
J’adresse à Raoul Castro son frère, à sa famille et au peuple cubain mes condoléances. »

DÉCLARATION DE M. JEAN-MARC AYRAULT, MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL

« Fidel Castro vient de s’éteindre à Cuba. J’exprime mes condoléances à ses proches et ma solidarité au peuple cubain.

Avec sa disparition, une page de l’histoire du 20ème siècle se tourne. Elle avait été marquée par l’espoir de l’émancipation et la déception d’un système qui ne respectait pas les droits de l’Homme.

La reprise récente du dialogue avec les Etats-Unis a ouvert la voie à une fin de l’embargo américain contre Cuba, embargo que la France n’a jamais accepté. Je forme le vœu que cette évolution se poursuive, qu’elle s’accompagne d’une ouverture de ce pays au monde et d’une réponse aux aspirations du peuple cubain à la liberté.
Conformément à ses valeurs, la France est prête à soutenir les progrès en ce sens. »

Dernière modification : 06/12/2017

Haut de page